Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 12:08

Le secrétaire d'Etat à la Coopération et la Francophonie, Alain Joyandet, a fièrement annoncé entre deux voyages en avion de luxe ses décisions pour sauvegarder la langue française et lutter contre l'invasion des anglicismes dans nos conversations et surtout lorsqu'il est question d'Internet. Ainsi donc propose t-il de remplacer l'expression en vogue "buzz" par le mot bien français de "ramdam". Pourquoi pas ?

 

Mais, faut-il le rappeler, en réalité, ce mot n'est pas très franco-français puisqu'il s'agit de la prononciation arabe du mot "Ramadan", le mois du jeûne chez les mahométans. Comment se fait-ce ? En gros, voilà. Au siècle dernier, réveillé en pleine nuit par le bruit et les youyous stridents,  un brave homme troublé dans son paisible sommeil se lève et s'écrit en colère "Mais, c'est quoi ce souk ?" et un observant de l'Islam lui répond avec pédagogie "Mais, c'est ramdam, Msieur, c'est sacré !" Retrouvant sa couche, l'épouse du bon français l'interpelle "Alors c'est quoi ce b..." et c'est alors qu'il explique  doctement "C'est un sacré ramdam !". Un nouveau mot fait ainsi son entrée dans le dictionnaire. Et depuis, "ramdam" signifie "tapage" ou "vacarme" en référence aux festivités nocturnes constatées lors des soirées du mois de Ramadan. Donc, on ne doit plus dire  "buzz" mais"ramdam". Pas sûr que cette incitation linguistique connaisse un grand succès. Est-ce bien raisonnable ?

 

Repost 0
Published by pascal cobert - dans C'est juste pour rire
commenter cet article
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 19:46

11c3fa0_1_jpg.jpgA l'heure où notre clairvoyant roitelet enterre ce qui devait être la réforme géniale du siècle révolutionnant notre beau pays précurseur, bref, la taxe carbone, les élus lillois reprennent l'initiative à la volée. C'est qu'on a de vrais écolos à Lille et on rigole pas avec des sujets aussi sérieux que le réchauffement climatique. Alors, youpi !, on a notre taxe carbone à nous, oui rien qu'à nous. Nous serons, donc, exemplaires. Bon, j'explique. Enfin, je vais essayer. On sait que voyager dans un gros avion, c'est pas bien du tout pour la planète. Alors, nos élus, surtout les Verts et avant tout, "la belle Verte", Marie-Pierre Bresson, enragent de devoir régulièrement embarquer dans un aéronef pour se rendre au Sénégal, en Israël ou en Italie. Pas bien ! Alors ? Ben, ils ont donc décidé de se punir  en versant une taxe en faveur d'un fonds qui oeuvrera dans le bon sens pour sauver l'environnement à chaque fois qu'ils s'envoleront. Génial, non ?   Ah, une petite précision. Bien sûr, le voyage de l'élu est payé par la Ville donc un peu par nous, quoi. Bon, c'est normal, c'est dans l'intérêt de la collectivité. Et la punition ? Ben, là aussi, c'est nous qui payons. Vraiment courageux, nos élus !

Repost 0
Published by pascal cobert - dans petits potins lillois
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 10:41

Je reçois un nouveau billet de Nordine Bakounine dans sa série "Chronique du sexisme ordinaire"

 

"L’accusé a été condamné au bénéfice du doute> tonne Me Eric Dupond-Moretti qui espère que son client va être mis hors de cause. Certes. Normalement, en cas de doute, la justice acquitte. Mais, là, justement, le système n’a pas de doute : l’accusé est un homme. Et ça suffit.

 

Voilà cette jolie histoire, racontée par nos médias favoris. Un jour, dans un petit village de Loire-Atlantique, une jeune fille âgée de 13 ans accuse un ouvrier agricole de l’avoir violée à plusieurs reprises. Eric Sécher, l’ouvrier agricole en question, ne fait pas bonne impression car il vient d’être licencié du golf où il travaillait et il a tendance à boire. Et, surtout, c’est un homme : il est susceptible d’avoir violé l’enfant.

 

Eric Sécher, contrairement à beaucoup de gens qui affirment ensuite avoir été condamnés à tort, n’avouera jamais. Aucun élément matériel, d’après ce qu’on sait, ne vient appuyer les dires de la jeune fille. Pas de témoignage, même indirect, qui viendrait étayer le seul témoignage à charge : celui de la victime elle-même. Il existe simplement une certaine proximité puisque c’est la fille d’un couple ami.

 

Bien entendu, s’il s’agissait d’un vol de voiture par exemple, jamais un seul témoignage d’une jeune fille qui n’a pas l’air très en forme mentalement ne suffirait à faire condamner Eric Sécher. Mais, là, force est de constater que sa seule qualité d’homme –il a sur lui de quoi violer- suffit.

 

Bref, il est condamné à 16 années de prison par une cour d’assises. Notons que, s’il avait tué son épouse avec quelques claques très appuyées (comme dans l’affaire Cantat par exemple), il n’aurait sûrement pas été plus durement condamné… C’est donc bien le fait qu’il soit sexuellement un homme qui semble visé.

 

Il se trouve que la jeune fille, quelques années plus tard, explique qu’elle a menti. Elle assure qu’à l’époque, elle était très fragile psychologiquement.

 

Les rétractations de la jeune fille, deux ans après avoir été rédigées, ont fini par émouvoir la justice et une requête devant la commission de révision des condamnations pénales a été examinée.

 

Certes, la commission admet que la jeune fille avait déjà accusé à tort un autre homme de l’avoir agressée sexuellement. Mais, pour la commission, rien n’est joué encore car il existe encore des éléments à charge : des confidences à l’époque de la jeune fille à ses professeurs, la crédibilité accordée à ses déclarations par des experts, son journal intime,  Bref, que du baratin. La décision ne sera prise qu’à la mi-avril. Eric Sécher reste encore un peu en prison parce que c’est un homme et que, peut-être, une femme accusatrice a raison même si elle dit l’inverse aujourd’hui."

Repost 0
Published by pascal cobert - dans L'invité du Blog
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 19:12

Quelle drôle d'époque vivons-nous ! Un Ministre offusqué et outragé par un comique, ne le provoque non pas en duel, mais exige de lui un débat. Stéphane Guillon n'est pas journaliste, encore moins représentant d'une formation politique ou un candidat à une élection. Il s'agit simplement d'un bouffon qui cherche à faire rire en maniant l'excès et la caricature et non d'un penseur prétentieux ni même d'un essayiste dérangeant Et Eric Besson traite l'humoriste de "lâche" car il a refusé le débat. Stéphane Guillon se refuse systématiquement à rencontrer celles et ceux dont il brosse le portrait pour éviter toute influence. Mais de quoi auraient débattu le clown et le pas drôle ? Imagine t-on Nicolas Sarkozy réclamer un débat public avec Anne Roumanoff se moquant de la "droite cassoulet" avec une "petite saucisse et plein de fayots autour" ? Un débat pour déterminer qui des deux s'avère le plus amusant des deux ou celui qui a un projet politique construit et tenable ? "Madame, vous m'avez traité de petite saucisse, d'où tenez-vous vos informations ? Je vais vous montrer que vous vous méprenez. J'ai la preuve avec moi et puis après j'ai même un témoin; j'appelle Carlita à la barre". Ou encore Martine Aubry débattant avec la même qui avait raillé la "gauche bouillabaisse" avec un gros "thon" et "plein de vieux croûtons autour" ou avec Stéphane Guillon, encore lui, qui comparaît notre Chti'Tineà un "petit pot à tabac"... La revendication ridicule d'Eric Besson exigeant un débat avec amuseur fait sourire. Mais on ne peut rire de tout avec n'importe qui...

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 16:25

La double affaire "Stéphane Guillon" et "Eric Zemmour" a agité toute la semaine le grand bocal médiatique. Le premier sur France Inter brocarde Eric Besson qualifié de sous marin du Front National oeuvrant pour son "fürher" et l'arrivée de Zemmour au ministère de la Culture tout en critiquant le physique peu amène de l'ancien socialiste. Hallali. Le second sur le plateau de Canal +, invité de Thierry Ardisson, pour la promotion de son bouquin "Mélancolie Française" justifie le fait que la police contrôle généralement les personnes d'apparence étrangères puisque les noirs et les arabes sont les plus nombreux parmi les trafiquants. Hallali. Alors, il y a les pro-Guillon et les pro-Zemmour et tous ceux qui confondent les deux extrêmes, l'un risquant de se faire virer encore une fois de France Inter (certains se demandant si ce n'et pas ce qu'il cherche véritablement) et l'autre ayant fait l'objet d'une procédure de licenciement de la part de l'un de ses employeurs, Le Figaro, (pensez-vous ce journal ne peut garder en ses colonnes un affreux raciste !). Procédure vite abandonnée puisque même la LICRA renonce à l'incontournable procès annoncé tandis que le patron de France Inter, tel une Ségolène Royale en mal de repentance, a présenté ses excuses au ministre à l'honneur bafoué pour les écarts du trublion qui assure à la radio d'Etat un audimat qui concurrence Guy Carlier sur Europe 1 et, encore lui, Eric Zemmour sur RTL...

Que de confusions ! Eh oui. Faut-il rappeler cependant que Stéphane Guillon est un comique maniant la caricature tel un Coluche ou même un Thierry Le Luron alors qu'Eric Zemmour, un homme de grande culture, est journaliste. En principe, cela n'est pas pareil. Mais, effectivement, on s'y perd. Le comique s'amuse de l'actualité et sous couvert de gags et de bons mots propose une analyse de la vie politique  et le journaliste érudit fait carrière sur tous les médias en vendant ses "dérapages" et ses chroniques qui s'apparentent de plus en plus à des sketches avec des phrases chocs, des idées provocantes et le jeu de scène qui va avec. Ah, les mimiques de Zemmour !

Sur ce, Zemmour a t-il commis une infraction relevant de la discrimination raciale ? Je ne le pense pas. Il peut dire ce qu'il pense qu'il ait tort ou raison. Justement, est-il dans le vrai ? Oui et non ! S'il visait, non pas toute la délinquance, mais le "trafic" de produits stupéfiants, comme il le dit "c'est un fait", les personnes qui comparaissent devant les Tribunaux pour cette infraction sont souvent d'origine maghrébines ou africaines. Et il y a plein d'explications à cette réalité qui font le bonheur des sociologues subventionnés. Mais, mais. Comme l'explique le talentueux "Sub Lege Libertas" (un visiteur habituel de mon modeste Blog) chez Eolas, cela n'est vrai que parce que l'on ne traque la délinquance que dans certaines zones dites sensibles et dans certains milieux dit difficiles sans inquiéter les trafiquants "blanc-blanc" qui fournissent les jeunes bourgeois et la Jet Set dans les beaux quartiers. C'est à lire ici.

Et alors ? Tout cela est déjà largement dépassé. On apprend désormais que Thierry Ardisson menace Zemmour de poursuites. Ah, la menace de dépôt de plainte, c'est vraiment devenu indispensable. Et surtout, voilà que Philippe Bilger est convoqué par le procureur général de Paris pour avoir soutenu Eric Zemmour sur son Blog.  On a pu lire sur certains sites et quelques Blogs que "Maître Bilger, avocat" était poursuivi par le Ministre de la Justice. Non. Le médiatique Bilger n'est pas un de mes brillants confrères mais Avocat Général près la Cour d'Appel de Paris donc un haut magistrat chargé de porter l'accusation sous le contrôle de sa hiérarchie et donc du Garde des Sceaux dont il met en oeuvre la politique pénale. Donc, Bilger a confirmé le propos de Zemmour en écrivant qu'il suffisait d'assister aux audiences du Tribunal Correctionnel de Paris pour s'en convaincre. Cela n'a pas plus à Dame Michelle Alliot-Marie qui n'en pense pas moins...  Et de rappeler que le magistrat est tenu par un devoir de réserve lié à sa fonction de serviteur de l'Etat. "C'est un fait" comme dit l'autre. Sauf que le Sieur Bilger ne s'est jamais gêné de dire tout haut ce qu'il pense à la grande satisfaction du corps judiciaire puisque ses livres, ses passages télé et son Blog donnent au bout du compte une image humaine de la Justice qui en a bien besoin. A noter d'ailleurs que le magistrat a pu tancer sa Ministre Rachida Dati au delà du convenable sans qu'elle n'engage à son endroit la moindre procédure disciplinaire. Mais Alliot-Marie n'a pas la tolérence et l'élégance de Rachida.

Tout cela pour dire quoi ? Que la notion de devoir de réserve à laquelle sont astreints les fonctionnaires est très élastique. On a également appris cette semaine la révocation d'un gendarme qui avait osé critiqué la pertinence du rapprochement de la police et de la gendarmerie alors qu'il s'était exprimé en qualité de chercheur. Rester sur sa réserve, c'est demeurer neutre: ni pour, ni contre. Or quand un magistrat, par exemple le procureur de la république de Lille, écrit dans le journal "Le Monde" une chronique pour approuver "sans réserve"  le projet de réforme de procédure pénale de sa Ministre, nul ne lui reproche d'avoir violé son devoir de réserve. Si un autre se fourvoie à critiquer le gouvernement qui l'emploie, on lui rappelle fermement ses obligations de neutralité. Cherchez l'erreur !

Sous toutes réserves et ce sera justice.

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 22:11

Si je m'aventurais à écrire sur ce Blog quelque chose du genre "Nicolas Sarkozy n'est que le servile valet du grand patronat", l'on me fera remarquer, à juste titre,  que je sombre dans une caricature gauchisante d'un autre âge indigne de ces lieux. Certes. Mais ce n'est pas ma modeste personne qui émet de telles affirmations ni le camarade Alain (Bil) Bocquet ni même un Jean-Luc Mélenchon en verve mais un Ministre de ce gouvernement. Le ver est dans le fruit ! Furieuse de la volte-face du roitelet concernant la taxe carbone qui devait être SA réforme qui allait marquer le siècle qu'on ne pouvait attendre qu'il fallait le faire tout de suite mais qui est devenue désormais sans objet tant que les autres y feront pas comme nous (j'essaye de parler comme sa Majesté, c'est pas facile), la Secrétaire d'Etat à l'Ecologie s'est lâchée. "Je suis désespérée de ce recul, désespérée que ce soit l'écoloscepticisme qui l'emporte" a t-elle expliquée.


Puis, la karatéka émérite ajoute, pour désigner le coupable: "C'est clair, c'est le Medef qui a planté la taxe carbone. Au nom de la compétitivité. Est-ce que le Medef s'est ému des 2 milliards de bonus distribués aux banquiers" Je rappelle ce n'est pas un leader de la CGT qui parle ainsi, mais un Ministre UMP en fonction. Et ce n'est pas tout. Elle enfonce le clou "On n'est pas complètement sorti d'une forme de monarchie. C'est le pouvoir de l'apparence: officiers de sécurité et gyrophares pour les ministres". Soit. En plus ? "On voit toujours les mêmes têtes pendant les campagnes. C'est épouvantable !". Et après "Je me ferai peut-être exploser mais ce n'est pas grave". Chapeau !


Bien sûr, le lumineux Président devait réagir. Il l'a fait. Enfin...  Nicolas 1er a déclaré benoîtement: "Je n'ai pas apprécié ses propos. Les ministres n'ont pas à être désespérés, ils doivent faire leur travail". Un peu mollasson comme réaction ! Sarkozy au tapis....

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 16:15

Apparemment, le sénateur Gérard Longuet n'a pas moufté. On se souvient pourtant de sa déclaration à l'heure où l'on soupçonnait une prochaine nomination du "socialiste" Malek Boutih à la tête de la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et à l'Egalité, la HALDE. Le "sage" du Palais du Luxembourg estimait doctement  que ce poste devait revenir à une personnalité issue du "corps traditionnel français". Comme la pêche aux traîtres est passée de mode et alors que Malek Boutih se balade depuis deux ans avec un écriteau affichant "A vendre", le roitelet a en définitive nommé Jeannette Bougrab, une jeune femme particulièrement compétente, mais pas vraiment représentante du "corps traditionnel français"... Petite fille de harki, insiste t-on, dans les commentaires comme s'il s'agissait d'une marque de fabrique et que de générations en générations, l'on devait assumer le choix (parfois imposé !) d'un ancêtre. Maître des requêtes au Conseil d'Etat, cette excellente juriste avait porté les couleurs de l'UMP aux élections législatives de 2007 dans une circonscription parisienne ingagnable mais colorée. Elle avait alors exprimé son désenchantement politique constatant que la Sarkozie  l'astreignait à séduire ses coreligionnaires dans une logique communautariste. Jeannette Bougrab, parfait exemple de la réussite et du mérite républicain, raconte cependant qu'un Secrétaire d'Etat du gouvernement actuel lui avait rappelé "Le sang qui coule dans tes veines n'est pas français". Bon sang ne saurait mentir ! ! !

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 22:56

Youpi, youpi ! Nous sommes sauvés et la République avec. Si, si ! Notre lumineux Président nous a compris. Il a entendu le message et notre colère. Alors ? Alors ? Il a nommé au sein de notre gouvernement l'homme, que dis-je, l'Homme de la situation, oui, un sauveur. Qui ça ? Mais, enfin ! Depuis que l'affreux de Villepin, le traître, l'avait jeté de la haute gouvernance, il trépigne d'y retourner. "Quand nous reviendrons aux affaires" soufflait-il lors de sa campagne en faveur de Sarkozy puisqu'il considérait que Chirac, c'était la gauche collectiviste, "j'ai des projets de loi plein ma serviette". C'est fait. Il est revenu aux affaires. Ouf !!! Enfin ! Le petit césar de Lambersart, Marc-Philippe Daubresse a obtenu un maroquin. C'est lui qui va remplacer le valeureux Martine Hirsch avec le titre de Ministre en charge de la jeunesse et des solidarités actives. Une récompense amplement méritée. C'est vrai, quoi ! C'est lui qui a pris en charge la campagne régionale de Valérie Létard avec le succès que l'on sait. Même dans sa bonne ville de Lambersart, la gauche a dépassé la liste de la majorité présidentielle. Une liste dans laquelle figurait en bonne place son adjointe favorite, Brigitte Astruc, mais qui a été désavouée par ses chics voisins qui ont boudé les urnes. C'était donc l'homme de la situation. Bon, sa spécialité, c'est la politique du logement, enfin le droit bafoué des propriétaires victimes de ces ignobles locataires assistés qui ne payent même pas leurs modestes  loyers. Alors, il va s'occuper des Djeuns' et du RSA. Logique. On nous le présente comme un "centriste". La preuve, il est secrétaire général adjoint de l'UMP...

Repost 0
Published by pascal cobert - dans Régionales 2010
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 19:41

Oui, l'abstention est un véritable fléau mais les élus oublieront très vite qu'ils doivent leur poste à une très faible participation. Le résultat du scrutin se trouve forcément tronqué sauf à admettre  que nous vivons une sorte de démocratie censitaire où seuls les élites, les initiés et les intéressés (dans tous les sens du terme !) participent au vote. On nous clame donc que la gauche réunie a gagné haut la main. Certes. Cependant, puisque la moitié des citoyens ne s'est guère exprimée, cela ne peut signifier que la France soit majoritairement à gauche. Ainsi, dans la Région, la gauche a triomphalement gagné mais n'a obtenue le soutien actif que de 26% des inscrits. Nuance...

Que signifie donc cette abstention majoritaire ? Des choix divers et variés. Des attitudes radicalement opposées. Des gens de droite déçus mais qui ne veulent pas voter à gauche, des gens de gauche déçus qui ne veulent pas voter à droite, des gens déçus de tous sans pour autant voter Front National, des aigris, des désabusés, des révoltés et des résignés. Mais il n'y a pas un "parti des abstentionnistes" puisqu'il n'y a guère d'homogénéité dans cette réaction passive.

Si les commentateurs soulignent l'exceptionnelle abstention dans les quartiers populaires, il reste que le taux de participation apparaît également faible dans les grandes viles bourgeoises à tel point que la gauche dépasse la droite dans des villes comme Lambersart, Douai, Valenciennes et Cambrai !

Alors que faire ? Je suis pour ma part favorable à ce que le vote soit obligatoire sous réserve que l'on tienne compte des votes blancs ou nuls.

Certains moyens mis en oeuvre ces derniers jours  pour lutter contre l'abstention m'apparaissent plus que critiquables. Des commerçants ont flairé la bonne affaire en s'accordant une publicité gratuite: des offres de réduction réservées aux bons citoyens qui ont assumé leur devoir électoral. Des associations subventionnées offrant un sandwich aux jeunes présentant une carte d'électeur fraîchement tamponnée et même une sortie au sauna gratuite pour quiconque a déposé un bulletin dans l'urne !!! Le droit de vote contre un plat de lentilles ! Outre le fait que ce type d'opération revêt un caractère discriminatoire puisque réservée par définition aux seuls français, l'on ramène un droit et un devoir, un acquis républicain, à un troc minable. La citoyenneté n'est pas à vendre !

Repost 0
Published by pascal cobert - dans Régionales 2010
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 10:25

Quelques minutes de Pierre Desproges en ce jour de second tour d'élection morose :


Repost 0
Published by pascal cobert - dans C'est juste pour rire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pascal cobert
  • Le blog de pascal cobert
  • : Avocat au Barreau de Lille et Président de la Maison de Quartier de Wazemmes, Pascal COBERT vous propose un regard décalé sur l'actualité et le débat d'idées.
  • Contact

Recherche