Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 14:14

On le sait la politique se réduit depuis des années à de la communication. On ne change rien mais on communique beaucoup. Nouvelle tendance; la politique devient un  courageux combat linguistique. Si, si. Un problème majeur ? On supprime le mot qui fâche. Et le problème est réglé. L'Assemblée Nationale vient de rayer d'un trait de plume la vieille locution juridique de "bon père de famille". Il en est donc fini des patriarches autoritaires et mysogines. Victoire ! Notre président entend retirer de la constitution le mot "race". Et, il n'y aura plus de racisme dans notre beau pays. Il n'y a pas que chez nous que cette nouvelle mode sévit. En Israël, la Knesset envisage d'interdire l'usage abusif de l'insulte "nazi". Tout ira mieux. si, si. Alors allons plus loin et règlons enfin les vrais problèmes ! Interdisons les mots "chômage", "précarité", "misère", "souffrance", "maladie", la liste est longue... Et vivons heureux ! Voilà donc le vrai changement...

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 17:53

Les déclarations de Martine Aubry dans le magazine "Les Inrocks" sont parfois surprenantes. Ainsi, on l'interroge sur Dieudonné et elle rétorque fièrement:

 

 

En 2010, il voulait venir mais il n’y avait aucune salle disponible. Et quand il a décidé de venir avec un bus, j’ai pris un arrêté d’interdiction de stationnement. Il a été obligé de déguerpir.

 

 

Sainte Martine terrassant le dragon, boutant le démon hors de ses terres. Quelle belle histoire, quel beau roman à la gloire de l'héroîne !

 

Sauf que... Titine refait un petit peu l'histoire. Elle n'a pas vraiment chassé le pseudo humoriste des terres lilloises. Pas vraiment...  Pas du tout même.

 

En réalité, en septembre 2009, (en non en 2010) la maire de Lille avait pris à la demande du CRIF un arrêté interdisant le spectacle que le Tribunal Administratif a immédiatement annulé sur requête d'un spectateur, de sorte que Dieudonné a pu jouer tranquillement sa pièce comme il l'avait prévu dans un bus et donc, il n'a pas été obligé de déguerpir... 

 

De fait, c'est moins vendeur comme histoire.

 

Mais comme le répètait à l'envi un journaliste bénéficiant aujourd'hui d'un paisible retraite "Il ne faut jamais laisser un fait réel se mettre au travers d'une belle histoire"

 

 

 

Repost 0
Published by pascal cobert - dans petits potins lillois
commenter cet article
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 08:01

Dans le magazine branché" "les Inrocks" Ttine qui décalare sa passion pour Lille et uniquement pour Lille s'explique sur l'endettement de la commune:

 

"Il faut comparer les dettes des villes en prenant en compte celles des communautés urbaines, car beaucoup de villes ont transféré des fonctions à la métropole. Ainsi, selon les données publiques, un Lyonnais est endetté à hauteur de 711 euros par an et avec la communauté de 2 082 euros. De même, un Marseillais est endetté à hauteur de 3 178 euros, et un Lillois à hauteur de 1 929 euros. On est donc en dessous. L’avenir des Lillois est préservé."

 

Et on a envie de lancer au Maire de Lille "Chapeau bas, Martine !"  Le lillois a bien de la chance.

 

Sauf que, le chiffre annoncé par Titine est bien curieux. C'est toujours compliqué les chiffres... Je croyais que la dette de la ville de Lille était de 1539 € par tête de pipe. Celle de la communauté urbaine de près de 1500 € par habitant. Soit un total supérieur à 3000 €. Pas loin du score marseillais... le soleil en moins

Repost 0
Published by pascal cobert - dans petits potins lillois
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 17:37

C'est fini. Le bon père de famille n'a plus d'existence et on n'en rencontrera plus jamais. Par la grâce de l'Assemblée Nationale et à l'initiative des députés écologistes (comme quoi, ils sont indispensables à la transformation en profondeur de notre société gangrénée), l'expression "en bon père de famille" qui apparaissait encore une quinzaine de fois dans l'ensemble de la législation française  a été définitivement abolie. Cette antique notion juridique fleurant bon un machisme désuet émanait du bon vieux droit romain qui évoquait déjà le "bonus pater familias". Et le "pater familias" bon ou mauvais  a donc été envoyée "ad patres"... Dèsormais, on dira "raisonablement". Alors, heureuse ? Le changement, c'est vraiment maintenant, non ?

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article
14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 16:23

Le MEDEF a fait son show à Marcq en Baroeul. 1500 patrons du Nord ont entouré leur patron, Pierre Gattaz, et applaudi l'annonce de la nouvelle politique du gouvernement dit socialiste. On peut lire dans le journal La Voix du Nord que l'ambiance était particulièrement joviale et que l'on a pu voir :

 

"Gérard Mulliez, le patriarche fondateur avec Auchan du premier acteur familial de l'économie française, visiblement en forme au tout premier rang, à jouer avant que ça commence avec les photographes, à plaisanter avec quelques dirigeants de multinationales nordistes ou avec Pierre de Saintignon, vice-président socialiste du conseil régional. Bref, un salle militante..."

 

 

Comment ? Le bras droit de Chti'Tine, le vicomte  Pierre de Saintignon dans un meeting du MEDEF ? Il doit y avoir une erreur... En fait, non.

Repost 0
Published by pascal cobert - dans petits potins lillois
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 00:11

Ariel Sharon s'est éteint après 8 années de coma. Paix à son âme. S'il en a une... Celui qui fit la guerre au Liban et qui fut responsable du massacre du camp de réfugiés de palestiniens Sabra et Chatila, qui provoqua la seconde Intifada en se pavanant sur l'esplanade des mosquées à Jérusalem, qui intensifia les colonies en Cisjordanie, qui refusa en permanence toute possibilité de paix, qui a mené une guerre d'occupation sanglante et violé sans cesse les résolutions de l'ONU ne mérite sûrement pas un quelconque hommage compatissant. Et pourtant  notre Président François Hollande salue sa mémoire au delà des convenances diplomatiques en soulignant "Après une longue carrière militaire et politique, il a fait le choix de se tourner vers le dialogue avec les Palestiniens. Je présente mes condoléances sincères à sa famille et au peuple d’Israël". Curieuse conception du dialogue...  

Repost 0
Published by pascal cobert - dans Palestine
commenter cet article
10 janvier 2014 5 10 /01 /janvier /2014 16:39

Comment expliquer le retournement de jurisprudence que constitue la décision prise en urgence par le Conseil d'Etat dans l'affaire Dieudonné acceptant l'interdicition d'un spectacle ? Il me revient en mémoire l'enseignement du Recteur Guy Debeyre à la fac de droit. Un homme passionnant dont le cours consistait à nous raconter sa vie. Très formateur. Un jour, il nous narra cette anecdote.

 

 "Quand j'ai décroché mon doctorat en droit, j'ai eu la chance de faire un stage au Conseil d'Etat. Mon tuteur ma confié un dossier en me demandant de lui proposer une décision. Fier de mon érudition juridique, je revins le voir assez vite, en lui disant: nous sommes exactement dans le même cas que l'arrêt Tartentenpion. Je m'attendais à des félicitations. Mais, non. Le conseiller m'a retorqué: Mon petit Debeyre, laissez la jurisprudence aux étudiants, aux professeurs et autres commentateurs. Nous, on juge au cas par cas. "Comme on en a envie en quelque sorte... 

 

C'est ainsi donc que le juge Bernard Stirn a fait fi d'une jurisprudence bien ancrée pour satisfaire à la demande de Manuel Valls. Avec une motivation lapidaire de quelques lignes d'affirmation péremptoire. Pourquoi interdire ? Parce que... Le magistrat affirme donc que:

 

- "La réalité et la gravité des risques de troubles à l'ordre public.. sont établis tant par les pièces du dossier que par les échanges tenus au cours de l'audience. " Il aurait pu dire le contraire avec le même aplomb.

 

- "les allégations selon lesquelles les propos pénalement répréhensibles et de nature à mettre en cause la cohésion nationale relevés lors des séances à Paris ne seraient pas reprises à Nantes ne suffisent pas à écarter le risque sérieux que soient de nouveau portées de graves attenintes au respect des valeurs et principes, notamment de dignité de la personne humaine..." Il aurait pu dire exactement le contraire avec la même force.

 

- "Il appartient en outre à l'autorité administrative de prendre les mesures de nature à éviter que les infractions pénales soient commises" Certes.

 

Et donc ? "En se fondant sur les risques que le spectacle projeté représentait pour l'ordre public et sur la méconnaissance des principes au respect desquels il incombe aux autorités de l'Etat de veiller, le préfet de Loire Atlantique n'a pas commis... d'illégalité grave et manifeste" Ici, aussi, il aurait pu dire totalement  le contraire avec autant de conviction. 

 

Mais pourquoi ? Parce que...

Repost 0
9 janvier 2014 4 09 /01 /janvier /2014 16:08

Manuel Valls aurait du prendre la peine de consulter Martine Aubry avant de lancer cette campagne inouïe contre le sieur Dieudonné. En 2009, Titine avait interdit, elle aussi à la demande du CRIF, la tenue d'un spectacle de Dieudonné et le Tribunal Adlministratif de Lille avait aussitôt annulé cette interdiction.

 

Le Tribunal de Nantes vient à son tour de ridiculiser le ministre de l'intérieur en donnant gain de cause à Dieudonné. Le juge Molla (ce n'est pas une blague et je n'invente rien) conformément à une jurisprudence bien établie a annulée l'interdiction qu'avait prise le Préfet de la Loire Atlantique. Dans cette ordonnance, il est rappelé que certes le requérant avait d'ores et déjà tenu des propos choquants mais "il n'est pas établi par les seules pièces du dossier que le spectacle ait été construit autour de cette thématique ni même qu'elle en constitue une partie essentielle". Et de conclure "le motif tiré de l'atteinte à la dignité humaine ne permettait pas de fonder légalement l'arrêté d'interdiction" A ce stade, il semble donc que si un spectacle se construisait essentiellement sur des messages d'incitation à la haine raciale, l'interdiction pourrait se justifier. Le juge rappelle qu'il appartient aux autorités "de prendre les dispositions utiles en vue de la constatation des infractions et de la poursuite de leurs auteurs devant les juridictions pénales" et que "il n'est pas démontré que l'interdiction en cause serait seule de nature à s'opposer à ce que M.M'Bala M'Bala profère des injures publiques envers des personnes ou des incitations à la haine raciale ou religieuse". On le sait, si l'interdiction avait été maintenue, Dieudonné aurait forcément multiplié les provocations devant des médias réjouis de pouvoir s'indigner...

 

Par aileurs, le juge Molla relève que le spectacle de Dieudonné a été joué à Paris durant plusieurs mois sans que l'on ait pu constater des troubles manifestes à l'odre public et que si l'on peut craindre une manifestation d'opposants, "Il n'est pas justifié que le Préfet ne disposerait pas des moyens nécessaires propres à assurer le maintien de l'ordre public".  En conséquence, le juge affirme que la décision d'interdiction "constitue une atteinte grave à la liberté d'expression; qu'en l'absence de tout motif invoqué par le préfet de nature à la justifier, cette atteinte est manifestement llégale".

 

C'était prévisible et c'est heureux. Mais depuis 15 jours le ministre de l'intérieur aura offert  une publicité démesurée à un personnage qui ne le mérite sûrement pas.

 

PS: Consternation... Le Conseil d'Etat a été d'un avis contraire. Le conseiller Stirn a infirmé l'ordonnance du juge Molla. Forcément, on en reparlera ! 

Repost 0
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 20:09

 Christiane Taubira est une très grande ministre. Si, si.  Chaque jour, on nous invite avec insistance  à saluer son courage (immense)  et son talent (prodigieux). A côté d'elle, Robert Badinter n'a plus qu'à courber modestement l'échine. Elle a même été nommée "Femme de l'année" par le magazine Elle. C'est dire. Sauf que... Au risque de me répéter, mais le temps passe, en sa qualité de ministre de la Justice (c'est tout de même sa fonction !), l'idôle intouchable n'a strictement rien fait. Rien ou quasiment. Aucune réforme d'envergure en tout cas et l'institution judiciaire demeure scandaleusement le parent pauvre et délaissé du budget de la nation. Si ce n'est que la ministre de "gôche" envisage sérieusement une justice sans juge... Ce n'est pas nouveau, pour faire des économies, on déjudiciarise au maximum. Après les juges de proximité et les délégués du procureur qui ont remplacé les magistrats qui manquent, le gouvernement envisage de transferer aux greffiers la gestion des divorces par consentement mutuel. Ce n'est peut être qu'une réforme de transition. A l'avenir, j'imagine, on pourra divorcer au bar-tabac du coin entre deux chopines sous l'autorité avisée d'un cabaretier sympathique. Fort de cette expérience forcément positive, on pourra généraliser  le nouveau principe d'une justice enfin populaire et tout se jugera dans un bistrot de proximité. Et aura t'on encore besoin d'un ministère de la Justice ? Ben, non...

 

Repost 0
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 11:12

On le sait, les socialistes lillois ont inventé la démocratie participative. Si, si. Il y a même un adjoint au maire chargé de cette question: le Sultan Walid Hanna. Et ce dernier n'apprécie pas du tout, mais alors pas du tout, les critiques surtout quand elle émanent de ses anciens amis de la droite locale. Or, la tête de liste UMP et UDI aux élections municipales, Jean-René Lecerf, a osé dénoncer à ce sujet "une ville sous influence socialiste" en pointant du doigt la multiplications d'instances: conseils de quartier, conseil communal de  concertation, conseil d'enfants, de jeunes, de vieux, d'étrangers... toujours présidées et contrôlées par les élus de la ville de Lille. On est bien loin d'un contre-pouvoir ! Très loin. Et la Mairie vient d'en donner la preuve par l'exemple.

 

Les membres du conseil communal de concertation que préside le 1er adjoint de Chti'Tine, le vicomte Pierre de Saintignon, et on retrouve également dans le bureau le Sultan cité plus haut, viennent de recevoir un courrier les invitant à écrire à Jean René Lecerf pour lui faire connaître spontanément leur colère face à de tels propos... Et pour faciliter cette interpellation libre et citoyenne, les intéressés ont également reçu un projet de lettre type à envoyer au chef de l'opposition. Si, si. En sus, il est précisé "Afin de ne pas créer une confusion en cette période préélectorale, nous vous invitons à lui acheminer ce courrier par vos propres moyens"... Qui donc pourrait évoquer une confusion ? 

 

Et que trouve t'on dans cette lettre  déstinée à faire comprendre à Jean René Lecerf qu'il se trompe sur toute la ligne quand il fustige la démocratie lilloise ? Cette belle phrase "La démocratie participative ne peut exister sous influence. L'indépendance de son exercice est une condition sine qua non de sa capacité d'expression démocratique"  qu'on peut traduire par "On nous a demandé avec insistance de vous dire que nous sommes libres et heureux. Gloire éternelle à notre Maire bien aimée"... Et vive la démocratie participative à la sauce lilloise !!!

Repost 0
Published by pascal cobert - dans petits potins lillois
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de pascal cobert
  • Le blog de pascal cobert
  • : Avocat au Barreau de Lille et Président de la Maison de Quartier de Wazemmes, Pascal COBERT vous propose un regard décalé sur l'actualité et le débat d'idées.
  • Contact

Recherche