Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 14:06

Attablé en terrasse pour apprécier une bonne bière en fin de journée, alors que mes amis exprimaient leur fatigue des odes à répétition lors de l'enterrement de Pierre Mauroy, ils affirmaient, "Ouf, on va enfin passer à autre chose". "Que nenni !" disais-je. Nous allons désormais vivre les inaugurations multiples et variées: le boulevard Pierre Mauroy, la place Pierre Mauroy, le centre social Pierre Mauroy et vous verrez, ils finiront par appeler le grand stade sans nom de "Grand Stade Pierre Mauroy". Bien évidemment, personne ne m'a cru un instant. Et pourtant, j'étais visionnaire. Si, si.

 

La nouvelle est tombée: Martine Aubry propose ce jour que le nom de l'ancien Maire de Lille soit associé à l'équipement sportif qui nous coûte des centaines de millions d'Euros (Attention, je deviens populiste, je vais devoir me soigner). Bref, on le sait, la Communauté Urbaine avait prévu d'équilibrer le budget du grand stade grâce au naiming. Le vicomte Pierre de Saintignon cherche vainement depuis de nombreux mois une grosse entreprise qui accepte de verser une obole de 3,5 millions d'Euros chaque année pour donner son nom à l'équipement sportif. Un échec retentissant puisque aucune fortune n'était enthousiaste. Pierre de Saintignon se voulait confiant: on allait forcément trouver. Et puis non...

 

Alors, pour ne pas perdre la face et l'occasion faisant le larron, Titine a eu cette idée lumineuse: Appelons ce stade, le Grand Stade Pierre Mauroy. Un hommage grandiose à celui qui n'aimait pas trop le sport et le football en particulier. Mais du coup, il va manquer sur 21 ans la fameuse cotisation annuelle de 3,5 millions . Qui va donc devoir mettre la main à la poche ? Le conseil général, le conseil régional, la communauté urbaine ? Bref, le contribuable. Jamais un hommage n'aura coûté aussi cher !

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pascal cobert - dans petits potins lillois
commenter cet article

commentaires

Jean Neymar 23/06/2013 19:20


La durée du partenariat signé avec Eiffage est de 31 ans. 


Mais dans ce dossier, on n'est pas à dix ans près et plus de 100 millions d'euros supplémentaires à voler dans les poches du contribuable !


Ce que vous auriez pu ajouter, c'est qu'une procédure judiciaire est toujours en cours. Martine Aubry a trouvé le moyen de rappeler que ce stade est celui de Pierre Mauroy !


Au plus, c'est gros au plus ça passe, comme on dit dans les prétoires.


 

Boris Favier 22/06/2013 17:31


A croire que le foot est plus sacré pour les Lillois que pour les Brésiliens, qui sont pourtant les meilleurs... Nul doute que Plutarque et Suétone aient contribué à la formation politique de
Martine Aubry...

BILOUTE du VIMEU 21/06/2013 16:06


Une décision républicaine eu égard aux  erreurs  de  certains conseillers de cabinets  trés peu perspicaces et peu  instruits de la  chose  publique ...
et  qui étaient  certains de pouvoir transformer Grimonprez - Jooris  en  dépassant les hauteurs  autorisées  , en  ne disposant
pas  des accés  suffisants  de sécurité ...  ce qui a empéché de dormir  pendant des mois des  responsables  de la sécurité urbaine et régionale  
...  Le  buz  enflait ; au point que  même les japonais  étaient scandalisés de voir  VAUBAN  disparaitre  à  cause du  foot  ... Mais 
miracle ; PIERRE le Grand  a  redressé la barre ...  Un projet  il est  vrai coûteux est  arrivé ... Ce n' est que  justice  de  nommer 
son  auteur  ...  Et  surtout  l'homme qui a  évité  des  années  de procés  et  le bourbier de la CITADELLE  si mal  engagé 
... C'était  une sorte  d'arbitrage  , mais  de qualité et  honorable  pour LILLE et  sa région  ...  Peut être un peu  trop pourvue en 
grands stades ; LILLE ; LENS et  VALENCIENNES  .....  

Présentation

  • : Le blog de pascal cobert
  • Le blog de pascal cobert
  • : Avocat au Barreau de Lille et Président de la Maison de Quartier de Wazemmes, Pascal COBERT vous propose un regard décalé sur l'actualité et le débat d'idées.
  • Contact

Recherche