Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 16:26

Que n'a t-on clamé sur ce procès dit des "tournantes" qui a abouti à des condamnations faibles et des acquittements. Des manifestations, des exclamations, des tribunes et prises de position multiples d'experts et de militantes qui pourtant n'avaient nullement assisté aux débats de la Cour d'Assises et n'ont lu aucun des milliers de procès-verbaux. Même les sympathiques militantes de Femen ont dévoilé leur poitrine en guise de protestation contre ce "procès de la honte", une décision de justice qui banalise et encourage le viol. Une décision prise par trois magistrats et six jurés. Sur la pression médiatique le parquet a relevé appel. Les manifestations continuent pour autant. La "rue" exige des sanctions exemplaires, à la "hauteur des enjeux", sans pour autant connaître le dossier... Et c'est alors que l'on découvre une tribune courageuse d'une des avocates des deux victimes de cette affaire, Me Laure Heinich-Luijer, dans les colonnes du journal Libération. Et le discours de celle qui a participé au débat judiciaire n'a rien à voir avec celui qu'il est convenu de tenir.

 

L'avocate explique que ce procès ne pouvait être qu'un fiasco. Comment juger et prononcer des peines utiles 13 ans après les faits alors que les victimes sont incapables de relater clairement les faits qu'elles ont subies ? "Nina n'est pas Christine Angot" souligne t-elle. Mais elle ajoute "Du côté de Nina, alors que la mémoire est nécessairement traumatique et ampute les souvenirs des plaignantes, nous disons que le doute doit profiter aux accusés. D'ici, personne ne remet en cause le principe de présomption d'innocence, rempart démocratique indispensable de notre société. Nina dit d'ailleurs comprendre certains acquittement par manque de preuves. Mais cela les médias ne le relaient pas". L'avocate dénonce bien sûr les dysfonctionnements de l'institution judiciaire mais elle précise "Le parquet a fait appel sous la pression médiatique - les victimes ne s'étant pas déclarées favorables préalablement. Il n'y a pas lieu de se réjouir d'un appel dans de telles conditions". Ma consoeur dénonce les dérives des médias. Et de conclure: "Le dysfonctionnement de cette affaire, il fallait s'en préoccuper avant". Voilà qui remet les idées en place. Non ?

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de pascal cobert
  • Le blog de pascal cobert
  • : Avocat au Barreau de Lille et Président de la Maison de Quartier de Wazemmes, Pascal COBERT vous propose un regard décalé sur l'actualité et le débat d'idées.
  • Contact

Recherche