Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 15:48

gmon.jpgC'est une Révolution ! Le Sénat bascule à gauche... Quoique. On se dit que définitivement la gauche des notables ne fait plus peur aux petits élus de droite de nos campagnes. Un Sénat de gauche toujours aussi représntatif de notre beau pays avec encore moins de femmes, une moyenne d'âge toujours supérieure à celui de la retraite, et sans trop de couleurs dans l'hémicycle... En tout cas, si on ne sait pour l'heure, qui deviendra le second homme de la République en grimpant au perchoir du Palais du Luxembourg, j'en profite pour souligner qu'on n'avance pas autant qu'on le croît généralement. Ainsi,  de 1947 à 1968, le Sénat avait à sa tête un petit-fils d'esclave, né en Guyane.  Si, si. Un homme de "couleur", radical de gauche, qui s'est affronté à plusieurs reprises au pouvoir en place. Mais à l'époque, on ne discourait pas sur la nécessaire représentation de la diversité. Et, un homme venu de loin pouvait malgré tout devenir sénateur du Lot et présider la haute assemblée. Sans la moindre réflexion négative.

 

J'oubliais de le préciser: il s'agit de Gaston Monnerville.

Partager cet article

Repost 0
Published by pascal cobert
commenter cet article

commentaires

seif 30/09/2011 21:51



Vistez mon blog ''Spécial Martine Aubry ''


www.martineaubrybrille.overblog.com


 


Plût aux dieux que je ne fusse jamais né!.


 





           Quand quelqu’un lève le doigt en haut et regarde le ciel. En Algérie
et dit en Arabe ‘’ Ya Rabi Baâd Alia El Ar  ‘’ C’est à dire et en Français ‘’ Oh mon dieu épargne-moi la grande l’humiliation ‘’. C’est vrai, Sarkozy
est malade d’humiliation.


2011 : C’est
l’année souffreteuse de son existence. Mardi à la raffinerie de Venette (Oise) Sarkozy avec un visage hagard se scrutait sans pitié (...) Comme s’il ne trouvait pas chez lui des motifs louables à ses  actions politiques qu'on blâme aussi sévèrement et les bassesses de l’expression après la chute des sénateurs de l’UMP au Sénat. C’est drôle ! Et drôlement
fait significatif : Sarkozy impuissant n’a rien fait, ce qui choqua les Venettiens de ne pas le voir parader à son habitude où il  se haussait
sur ses talons en recevant des compliments, Bizarre ! Sarkozy faisait véritablement le satrape sans aller  néanmoins de groupe en groupe pour y
recueillir des éloges. Pourtant, la nature l’avait gratifié d’une certaine éloquence où il pouvait répare le temps perdu – La Présidentielle 2012 se situe à quelques
mois. Bon, Sarkozy n’a rien dit … Comme s’il voulait
dire : Peu me chaut, peu m'en chaut. La preuve :
Dans son intervention Sarkozy tournait en
toquade, toquade d'autant plus obsédante qu’il
avertit les grévistes de l'Éducation nationale, mettait une sorte de coquetterie comique « Je sais bien
qu'aujourd'hui, il y a des protestations. C'est normal dans une démocratie».  Encore pire, Il n'a pas hésité à se composer une attitude sévère devant
les salariés de la Raffinerie, sidérés à ne contempler que les gestes du Président  - Les Salariés d’une  usine presque assistée et qui ne survit que par emprunt. Sarkozy par mensonge astucieux et sur un ton polémique , révèle que son  «devoir» de chef d'État était «d'abord de penser aux ouvriers, aux salariés, aux cadres qui sont lancés dans la compétition internationale» plutôt qu'aux
«emplois de la fonction publique», qui «ont un statut qui les protège» -Rare distinction dans le discours politique. Pourquoi Sarkozy s’efforce-t-il ces derniers temps à différencier nettement la
fonction publique par rapport aux salariés presque misérables ? C’est tout de même prévisible ! Il veut mobiliser la vaste foule : Des tâcherons,   ouvriers, manœuvres, pigistes, journaliers, soutiers, free-lance, et
simples travailleurs. Ceux –là ne votaient pas. Ils sont pourtant si nombreux et méritent attention. Sarkozy veut éviter le  silence d'inébranlables dévouements, c'est qu'il est certain d'avoir à les utiliser bientôt pour une victoire
décisive. Enfin, la visite de Sarkozy à la Raffinerie de Venette
avait  un air de campagne. Il a bien dit : «Pour protéger notre modèle social, il n'y a qu'une solution, une réponse, c'est l'innovation. La bataille se jouera sur
l'investissement dans nos jeunes et nos entreprises» - Allusion faite part mise en garde à ceux qui «refusent les réformes». Vous voyez Sarkozy communique avec assurance cette observation
rigoureuse pour un événement ultérieur. Quel culot ! Et dire que Martine Aubry est toujours là pour verrouiller la grande course de
2012.


Bonne chance à Madame Aubry qui brille toujours.


 



VANO 28/09/2011 16:26



Il est amusant de remarquer que, bien que nous n'ayons l'habitude de "copier" ni l'un sur l'autre, ni l'autre sur l'un, nous avons commis, à quelques jours d'intervalle, l'un et l'autre un billet
sur "le train de sénateur" pour appliquer la règle du non cumul et un autre pour rappeller que Gaston Monerville n'était pas un président de droite ...


Curieuses ressemblances, probablement suspectes de mauvais esprit partégé...


 


COrdialement



Présentation

  • : Le blog de pascal cobert
  • Le blog de pascal cobert
  • : Avocat au Barreau de Lille et Président de la Maison de Quartier de Wazemmes, Pascal COBERT vous propose un regard décalé sur l'actualité et le débat d'idées.
  • Contact

Recherche