Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 15:12

mauroy-rosereau-livre-12090Les hommages à Pierre Mauroy foisonnent à tous vents. Le grand Pierre doit sourire de certains laudateurs de la dernière heure... Où étaient ils tous ses indéfectibles amis quand Pierre Mauroy a subi une épreuve judiciaire qui l'ébranlait ? Ce jour là,  dans la salle d'audience du  Palais de Justice, il était bien seul ou presque !

 

Qu'ajouter à ce monumental concert de louanges ? L'ancien villageois aimait réellement Lille et les lillois. A l'issue de sa longue carrière, Gros Quinquin n'est pas parti se reposer dans une villa accueillante sous des cieux plus sereins comme le font tant d'autres. Il a terminé sa vie, chez lui, à Lille. Il n'avait bien évidemment pas que des qualités mais il en avait beaucoup le gaillard. Il savait demeurer courtois avec ceux qui le critiquaient ou le taquinaient. A plusieurs  reprises, il m'a même encouragé à continuer ce que je faisais "Vous savez bien, votre journal, tout ça, quoi !" Bien mieux, alors que j'avais fait annuler par le Tribunal Administratif une délibération importante de la Communauté Urbaine de Lille, il m'a félicité en me disant "Vous avez fait du bon travail et nous on s'est planté". La classe.

 

Pierre Mauroy était un orateur hors pair avec une voix magnifique et une maîtrise des trésors de  la langue française devenue rare.  Mais, il se répétait, comme tous les politiques, lorsqu'il improvisait. Combien de fois, l'ai je vu, replier le discours que ses collaborateurs lui avaient préparé pour le glisser dans la poche de sa veste croisée, et se lancer dans un discours interminable sur l'histoire du socialisme qui commençait avec Spartacus pour finir sans omettre le moindre détail avec la fermeture des mines et des industries sidérurgiques dans le Nord ?

 

L'éléphant du PS avait une stature impressionnante. Un colosse. Mais un colosse tout en finesse et roi de l'élégance. Je n'oublierais jamais, cela est peut être un détail pour vous, la beauté et la finesse de ses mains. Le "gros rougeot de Lille", comme disaient ces détracteurs qui aujourd'hui font croire qu'ils étaient amis, avaient des mains sublimes que n'ont que de rares artistes qui ambitionnent de refaçonner le monde.

 

Adieu Pierre !

Partager cet article

Repost 0
Published by pascal cobert - dans petits potins lillois
commenter cet article

commentaires

bouboul 09/06/2013 17:37


"... celles et ceux qui doivent leur carrière à Pierrot." (et, pour être complet, leur emploi, leur logement, ainsi que ceux de leurs famille et copains).


c'est bien çà la politique ! la reconnaissance du ventre qui répond au népotisme, à la parentèle, au clientélisme et les justifie même. facile d'être généreux avec l'argent du
contribuable.


on pourrait remplacer le nom de Mauroy par bien d'autres,  ceux de tous nos nouveaux seigneurs.


conséquence de tout cela : notre pays s'approche à grands pas du goufre. attachez vos ceintures !

CORDIEZ Daniel 08/06/2013 20:30


Pas faux !!! Je me suis fait la réflexion sur le manque de soutien de ses très grands amis lorsque l'épreuve judiciaire est survenue. Votre billet du 4 décembre 2010, je l'avais repris sur mon
blog :


"Où étaient donc celles et ceux qui doivent leur carrière à Pierrot ? Et pourtant ils sont nombreux à Lille, dans la région et à Paris ... En tous cas, ils
n'étaient pas là où ils devraient être."

Présentation

  • : Le blog de pascal cobert
  • Le blog de pascal cobert
  • : Avocat au Barreau de Lille et Président de la Maison de Quartier de Wazemmes, Pascal COBERT vous propose un regard décalé sur l'actualité et le débat d'idées.
  • Contact

Recherche