Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 12:25

Nora Berra, la Secrétaire d'Etat à la Santé du gouvernement de François Fillion, s'est invitée à la Maison de Quartier de Wazemmes où nous avions déjà reçu la visite de nombreuses personnalités locales et nationales, des anciens et des futurs ministres. Mais, un Ministre en exercice, c'est une première ! Plus précisément, un Ministre en toute fin d'exercice... D'habitude, quand un Ministre se déplace dans l'agglomération lilloise, les institutions diverses et variées se disputent pour l'accueillir. Mais, là... Nora Berra n'a semble t-il pas été très sollicitée. Alors, direction Maison de Quartier de Wazemmes, une structure toujours accueillante au service des personnes en difficulté. Une vraie visite ministérielle avec motards, voiture de fonction, agent de sécurité et sécurisation du quartier par les forces de l'ordre...

 

Sur le site du Ministère de la Santé on pouvait lire que Nora Berra "rencontrera de nombreuses associations avec lesquelles elle aura un échange sur le thème "Comment les politiques de l'Etat traitent les questions de la diversité et plus particulièrement l'insertion professionnelle des populations défavorisées"".  Un sujet intéressant qui ne relève pas de la compétence de la Ministre et qui n'a pas mobilisé les foules. "De nombreuses associations" disait-elle. En réalité, seulement trois associations lilloises ont répondu à cette invitation... D'habitude, les associations se bagarrent pour approcher un Ministre afin d'obtenir des financements ou de la reconnaissance. Mais, maintenant, à l'approche d'un bouleversement politique annoncé, elles préfèrent ne pas s'afficher en mauvaise compagnie ! Et puisque le 1er adjoint du Maire de Lille, le vicomte Pierre de Saintignon, avait fait le déplacement, les représentants associatifs se sont plis intéresser aux propos du socialiste qu'à ceux de la Ministre. Comme une légère ambiance de fin de règne...

Partager cet article

Repost 0
Published by pascal cobert - dans Horizon 2012
commenter cet article

commentaires

BILOUTE du VIMEU 19/02/2012 10:41


.


Lu quelque part sur le NET , notre époque n'a plus aussi de
politique capable d'études personnelles et inventives ; TOUT PASSE PAR DES CABINETS plus ou MOINS BIDONS ( plutôt  PLUS que moins )  :


Lisons ce récit :


Il suffit de voir ce dont était capable seul un ingénieur des
Arts et Métiers formé dans les années 50, et armé de sa seule règle à calcul et de sa planche à dessin : aujourd'hui, il faut une équipe, aidée de logiciels de calcul, de DAO, de CAO, pour faire
le même travail ! Certes, la productivité a quand même augmenté, heureusement...


Mais ni l'intelligence, ni le savoir-faire, ni la culture ne
progressent !


 .


 

BILOUTE du VIMEU 18/02/2012 15:25


.


La Cinquième; oui c'est la FIN depuis le Début
!!!


CHARLEMAGNE LE 
LILLO  brade l'empire aux roitelets ou pseudo révolutionnaires  corrompus et fait un bras d'honneur aux
boys qui ont libéré la FRANCE … Ses  états d’âme et  ses 
rancœurs  de  guerre vécues à Londres passant au dessus 
de  notre  réputation collective..  Les  suivants  le littéraire et  le  scientifique sont  des  modernes  trop en avance  sur  la majorité  de leurs  concitoyens  qui se jetteront  comme  des  moutons  dans
les bras  du  plus  intrigants des  charentais, dont l’ attentat de   l’ observatoire et les  amitiés  avec  Bousquet 
ont  jeté  un froid  sur  la politique  politicienne  et  ouvert le  chemin  des 
sondages  (le  sondeur est un marin expérimenté ) au 
cyclope  de la Trinité  sur mer  et  à  sa descendance, puis  vint le  règne  des   rois  fainéants qui  ont 
continué  de  manger  le gâteau  amassé  pendant les  trente  glorieuses  et  endetté 
notre descendance  pour des  millénaires dans  un contexte
d’électoralisme  quotidien et  de  prébende   ….  Enfin est 
arrivé  le manager  minute : (Je suis un Manager
Minute. C'est le nom que je me donne parce qu'il me faut très peu de temps pour obtenir d'excellents résultats de la part de mes collaborateurs. Le jeune homme s'était entretenu avec bien des
managers, mais il n'avait jamais entendu personne parler ainsi. C'était difficile à croire." Extrait. Qu'est-ce qu'un manager efficace? Dans cette allégorie, devenue l'un des grands classiques du
management, les auteurs expliquent au lecteur qu'il s'agit non seulement d'accroître la productivité et les profits de son entité, mais aussi de contribuer à l'épanouissement des membres de son
équipe. Cette quête initiatique du manager idéal ne manque pas d'interpeller par sa simplicité et sa limpidité. Elle propose au lecteur quelques principes élémentaires très précieux pour bien
gérer les hommes.)  dont la  devise est  pourquoi remettre  à  demain ce qui est  déjà  fait la veille  dans  la  précipitation ,  des 
fois ça marche , des  fois pas  , mais  faut pas  s’enquiquiner avec  le peuple puisque  quand  c’est bien  il beugle , quand c’est pas  bien  aussi alors  marchons , marchons  qu’ un sort injuste nous  guide  vers  la SORTIE !!!!!!!!!!


.

yado 17/02/2012 14:26


comme dirait ségo, mais qui connaît nora bera?

yado 17/02/2012 14:25


Peut-on faire part de ses états d'âme à son député sans crainte de sanction ?


Publié le vendredi 17 février 2012 à 06h00 - JUSTINE FAIDERBE > justine.faiderbe@nordeclair.fr





Une prof de Gondecourt a envoyé une lettre au député Huyghe mettant en cause le président de la République. Elle conteste au tribunal administratif la sanction infligée par le rectorat.




De la « délation ». C'est la première chose à laquelle a songé Karin quand elle a compris que sa lettre, destinée en février 2011 à Sébastien Huyghe « personnellement, en tant que
citoyenne à son député », a atterri sur le bureau de son employeur. C'est-à-dire la rectrice de l'académie de Lille. Un courrier dénonçant les « violences faites au quotidien aux
profs » et « que j'avais écrit dans un moment d'exaspération », explique la professeure agrégée d'allemand au lycée Marguerite de Flandre de Gondecourt.









Sur deux pages, elle déplore les suppressions de postes, les heures supp' « quasi obligatoires », « toute cette ambiance délétère », dans un style - il faut le dire - très
enlevé, virulent voire violent. Exemples : « Votre savoir-faire de petit perroquet sarkozyste », « une destruction programmée et systématique de la fonction publique »,
« la m....
sarkozyenne »,


« j'en ai assez de perdre une journée de salaire (...) pour entendre dire après coup par un trou du c.. gouvernemental quelconque que la rue ne gagnera pas ». Soit. L'affaire aurait pu
s'arrêter là - « quoi que la lettre n'aurait pas dû être envoyée au rectorat », souligne Karin. Au pire la prof s'attendait-elle à un blâme.


« Un professeur efficace »


Sauf que. Convocation fissa chez le directeur des ressources humaines du rectorat. Il l'informe que l'entretien portera sur « votre situation professionnelle ». Karin dit n'avoir
« rien à me reprocher » sur son travail. Ses rapports d'inspection confirment : « Un professeur confirmé », qui « dispense un enseignement efficace, bien servi par ses
qualités de germaniste » . On lui annonce en fait ce 18 mars qu'il va y avoir une « procédure de discipline ». À cause dudit courrier.


D'après le rectorat, Karin serait sortie de son droit de réserve en « critiquant la politique gouvernementale de manière très agressive » et en « mettant en cause le président de
la République, le ministre de l'Éducation nationale et le recteur en des termes particulièrement grossiers et offensants ». « En tant que fonctionnaire, on ne peut pas dénigrer sa
propre institution », insiste Marc Gosselin, directeur de cabinet du rectorat. Pour lui, « peu importe la manière dont le courrier est arrivé chez nous ».


De son côté, Sébastien Huyghe confirme bien avoir transféré ce courrier au rectorat, expliquant qu'il a été « choqué ». « En tant que député mais aussi père, je ne voudrais pas que
des enfants subissent un enseignement venant d'un professeur capable d'écrire un tel torrent de grossièretés. Qu'elle critique le gouvernement cela la regarde, mais pas dans des termes aussi
injurieux. »


Le 1er juillet, la sanction du rectorat tombe pour Karin : 15 jours d'exclusion. La prof est écoeurée : « J'ai envoyé ce courrier en tant que personne privée, le droit de réserve ne s'exerce
pas en dehors de mon métier ! Nous sommes paraît-il en République... » Cette commission disciplinaire n'avait pour elle d'autre « volonté visible que de casser et
d'impressionner ». « Ils ont voulu faire un exemple », au moment où le monde enseignant gronde. « Ce qui se passe confirme ce que j'ai écrit. J'ai été virulente et ironique,
je le reconnais. Mais je ne regrette rien. »


« Le député est censé agir
en représentant du citoyen »


Avec son avocat, Karin a donc décidé de déposer un recours « pour excès de pouvoir » contre l'académie au tribunal administratif de Lille. Ce recours rappelle entre autres que la loi
« garantit la liberté d'opinion aux fonctionnaires », et que ce courrier destiné à S. Huyghe « n'avait aucunement vocation à être transmis ». Et l'avocat d'ajouter :
« (...) Le député étant censé agir en représentant du citoyen et non à son encontre ».



Dans l'attente du délibéré du tribunal, Karin a aussi porté plainte contre le député nordiste auprès du président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, pour « manquement au code de
déontologie de l'Assemblée nationale ». Fin de non recevoir. Ironie de l'histoire : Karin a reçu, début janvier, une carte de voeux type de... Sébastien Huyghe. Qui lui assure que
« c'est en vous écoutant que je peux faire bouger les choses. (...) N'hésitez jamais à me faire part de vos idées et vos préoccupations ».

Présentation

  • : Le blog de pascal cobert
  • Le blog de pascal cobert
  • : Avocat au Barreau de Lille et Président de la Maison de Quartier de Wazemmes, Pascal COBERT vous propose un regard décalé sur l'actualité et le débat d'idées.
  • Contact

Recherche